Lettre ouverte aux ayant-droits et tout acteur de la chaîne de produc­tion de dvd

Mesdames, Messieurs,

Depuis des années, on nous répète que le télé­char­ge­ment fait du mal à l’in­dus­trie de la culture, malgré des études dont les conclu­sions assurent que les plus gros télé­char­geurs sont aussi les plus gros ache­teurs (voir ici et ).

Je ne souhaite pas entrer dans ce débat, mais atti­rer votre atten­tion sur un fait : si on peut récu­pé­rer quasi­ment n’im­porte quel contenu audio­vi­suel gratui­te­ment sur le net, pour conti­nuer à vendre des dvd (ou bluray, ou cd), il vous faut y inclure de la plus-value ! Garan­tir à l’ache­teur une expé­rience de qualité supé­rieure à celle qu’il aurait eu avec son divx.

Hors, que faites-vous ? Vous pouris­sez l’ex­pé­rience de l’uti­li­sa­teur ! Tout ce qu’il aura de mieux, c’est une boîte qu’il lui faudra ranger sur une étagère (et avec une grosse collec­tion, il faut de la place !).

Exemples :

  • Un gros spoi­ler dans les pubs impos­sibles à passer pour la série Dexter (voir chez korben, ou voir l’article origi­nal)
  • J’ai acheté l’in­té­gra­lité de la série Dr Who à la F**c : une minute de jingles de France TV, BBC, 2|enter­tain, un rappel sur le pira­tage qui est illé­gal, et des embrouilles avec la langue et les sous-titres.
    1. Je me fous de qui a produit le dvd, qui a diffusé la série en France, et le géné­rique de la série se char­gera très bien de me dire qui a produit la série.
    2. Le pira­tage est illé­gal : j’ai acheté ce foutu dvd, je vois pas pourquoi vous me le rappe­lez. Si je suis un pirate, je me torche avec votre aver­tis­se­ment, alors bon, hein.
    3. Passer par les menus pour chan­ger la langue me fait perdre du temps et je n’aime pas perdre du temps pour regar­der Dr Who. C’est pour ça que je lance mes dvd direc­te­ment et que je change de langue avec les boutons audio et subtitles de ma télé­com­mande. C’est fait pour ça non ? Et bien non, sur les deux premières saisons, je ne peux pas chan­ger de langue autre­ment que par le menu du dvd. « Opéra­tion inter­dite » que ça dit.
    4. Encore les deux premières saisons : audio en français et anglais (tout va bien) mais sous-titres français unique­ment ! Et impos­si­bi­lité de regar­der en VO non sous-titrée (ce n’est pas proposé dans le menu du dvd, cf 3).
    5. Les traduc­tions françai­ses… Disons que les gens qui sous-titrent pour le plai­sir (fansub) font plus de fautes d’or­tho­graphe en faisant la traduc­tion dans la nuit qui suit la diffu­sion, mais ils font moins de fautes de sens. Faites en sorte que vos traduc­teurs de sous-titres regardent les films qu’ils traduisent au lieu de traduire un script, ça serait un mini­mum (ou s’ils le font déjà, rempla­cez-les).
  • J’ai acheté le combo dvd/bluray/bluray 3d d’X-men le commen­ce­ment. 3 dvd dans une boîte, c’est possible, j’en ai déjà plusieurs comme ça ! Hé ben non, le dvd tout court est dans une pochette papier/plas­tique digne des cd cadeaux des maga­zines d’in­for­ma­tique.
  • Quand j’ai le droit à une copie digi­tale du film que j’ai acheté, il me faut Windows ou Mac pour la récu­pé­rer. Pas de bol, je suis sous GNU/Linux. Je fais quoi ?
  • Je passe sur le fait que je puisse pas regar­der de dvd bluray sur mon ordi­na­teur, puisque je suis sous GNU/Linux.

Tout ça pour dire que la plus-value de l’achat physique est très réduite, voire même se dégrade au fur et à mesure.

Si vous vendiez vos films en mkv haute défi­ni­tion (avec enco­dage stan­dard) sur un support comme une clé USB, éven­tuel­le­ment custo­mi­sée (une clé en couteau pour Dexter, en tardis pour le Dr Who, un marteau pour Thor, que sais-je), offrant un confort de lecture immé­diate ainsi qu’une trans­por­ta­bi­lité accrue (je veux bien prendre une clé usb en vacances mais pas mes coffrets DVD, voire simple­ment reco­pier les fichiers sur ma tablette/télé­phone/ordi­na­teur portable), ne pensez-vous pas que votre marché et vos clients s’en porte­raient mieux ? L’ar­gu­ment du pira­tage plus aisé ne peut tenir , les diffé­rentes protec­tions déjà utili­sées n’ayant pas tenu long­temps face aux codeurs, crackers, gamins de 16 ans (Jon Lech Johan­sen avait 16 ans lorsque DeCSS a été publié)…

J’aime avoir mes films préfé­rés dans un joli packa­ging et je paye pour ça, mais c’est de plus en plus pénible aujourd’­hui, les décep­tions s’ac­cu­mulent, alors s’il-vous-plaît : compre­nez-nous, respec­tez-nous et évoluez.

Voici qui résume bien mon point de vue

Me soutenir sur Tipeee Me soutenir sur Liberapay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *