Où c’est qu’j’ai mis mon flingue ?

Je n’ai pas le talent de JCFrog ou de Gee pour chan­ter, mais par contre j’ai la colère contre ces 480 dépu­tés qui se sont pronon­cés pour le projet de loi rela­tif au rensei­gne­ment qui va saigner notre vie privée à blanc (ou qui se sont abste­nus, ce qui revient au même).

Chan­tez-là vous-même sur l’air, bien évidem­ment, de la chan­son de Renaud

J’veux qu’mes posts soient des caresses
Ou bien des poings dans la gueule,
A qui qu’ce soit que je m’agresse
J’veux vous remuer dans vos fauteuils.

Alors, écou­tez-moi un peu,
Les pousse-mégots, et les nez d’boeufs,
Les ministres, les dépu­tés, les séna­teux.

D’puis qu’y’a Caze­neuve dans les jour­naux,
Qu’on voit sa tronche à la télé,
Où i’vend sa loi empoi­son­née
Il m’a un peu trop gonflé.

J’suis pas héber­geur que pour mes copains,
Et j’peux être teigneux comme un chien.

J’dé­clare pas avec Rehan Cypel,
que cette loi est vrai­ment belle
Le DPI est l’ave­nir des cons
Et ce projet n’est l’ave­nir de rien.

Moi, mon av’nir est sur le zinc
D’un VPN des plus cradingues

Mais bordel !
Où c’est qu’j’ai mis mon flingue ?

J’vais pas m’lais­ser embou­ca­ner
Par les fachos, les godillots,
Tous ces pauv’ mecs endoc­tri­nés
Qui foutent l’in­ter­net au tombeau.

Tous ceux qui m’traitent de démago
Dans leurs discours qu’j’­li­rai jamais :
« Exégètes amateurs et préju­gés ».

Tous ces p’tits bour­geois incu­rables
Qui s’battent pas, qui pensent pas, qui bavent
Qui vivront vieux leur vie d’mi­nables
Ont tous dans la bouche un cadavre.

T’t’­façon, j’h’é­ber­ge­rai pas tous ces blai­reaux
Et j’ai pas dit mon dernier mot.

C’est sûr’­ment pas une montre en or
Ou un amen­de­ment pour moi tout seul
Qui me feront virer de bord
Qui me feront fermer ma gueule.

Tant qu’y’aura d’la haine dans mes s’ringues
Je n’f’­rais de l’In­ter­net que pour les dingues

Mais bordel !
Où c’est qu’j’ai mis mon flingue ?

Y’a pas qu’la NSA, sur Inter­net,
Qui m’colle au cul pour une photo,
Y’a même la France, pas vrai­ment net,
Qui veut que j’ac­cepte tous ses algos.

Moi, j’crache dessus, et j’crie bien haut
Qu’la surveillance me fait gerber
Qu’j’aime pas Manu, Bernard et les dépu­tés.

C’est plus d’main qu’on m’verra marcher
Avec les connards qui vont aux urnes
Choi­sir c’lui qui les f’ra crever.
Moi, ces jours-là, j’rest’­rai dans ma turne.

Rien à foutre de la lutte d’crasses
Toute cette loi est dégueu­lasse !

J’peux pas encais­ser les drapeaux
Quoi qu’le noir soit le plus beau.
La langue de bois, même en reggae,
Ça m’a toujours fait dégueu­ler.

Les lois mili­taires, ça m’dé­glingue
Et vos boîtes noires, moi, j’les tringle

Mais bordel !
Où c’est qu’j’ai mis mon flingue ?

D’puis qu’on a sniffé mon télé­phone
Un soir près du métro Pasteur
J’fous plus les pieds dans une manif
Sans détec­teur d’IMSI-Catcher.

A Longwy comme à Saint-Lazare
Plus de slogans face aux flicards
Mais OTR, GPG, TOR, VPN !

Gueu­ler contre ces foutus espions
En défi­lant « Bastille-Nation »
Quand ces connards nous espion­ne­ront
Ça f’ra bien rigo­ler tous ces cons

Ces nez-d’boeux et ces pousse-mégots
Qui foutent la vie privée au tombeau.

Si un jour on r’trouve plus Bayard
Sûr qu’ça s’ra d’la faute à Bernard.
Si sur le net vous voyez mon cul
Sûr qu’ça s’ra d’la faute à Manu.

Pour l’ins­tant, ma gueule est sur le zinc
D’un VPN des plus cradingues,

Mais faites gaffe !
J’ai mis la main sur mon flingue !

Si vous avez l’âme d’un artiste et que vous souhai­tez chan­ter cette chan­son, passez-moi le lien, ça me ferait plai­sir d’en­tendre ça :-)

Me soutenir sur Tipeee Me soutenir sur Liberapay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *