Merci à mes tipeurs :-)

Le 14 juillet 2016, j’ai lancé mes pages Tipeee et Libe­ra­pay.

La récom­pense de base est l’ap­pa­ri­tion sur une page mensuelle de remer­cie­ments… voici celle de mars !

En retard, comme d’hab, mais cette fois-ci, ce n’est pas de la flemme : le mois d’avril a été bien rempli, vous verrez sur la prochaine page de remer­cie­ments 😉

Merci à :

Voici mon bilan de mars :

Et vous pouvez toujours me soute­nir via Duni­ter !

Je remets ici mon expli­ca­tion du mois d’août.

Disclai­mer : je vais peut-être dire des sottises parce que j’ai pas tout compris mais je m’en fous, j’aime bien l’idée

Duni­ter est un projet de crypto-monnaie mais contrai­re­ment au bitcoin où c’est la course à la puis­sance de calcul pour géné­rer la monnaie et deve­nir riche, le but est de créer une monnaie libre (le Ğ1, prononcé comme june en anglais), basée sur une toile de confiance (il faut rece­voir 5 certi­fi­ca­tions pour être membre) et où chacun des membres reçoit tous les jours un divi­dende univer­sel. Je dois dire que je suis assez curieux de ce qu’on peut faire avec un système ressem­blant forte­ment au salaire à vie 🙂

C’est pourquoi j’ai créé mon compte et ait fait ce qu’il fallait pour rece­voir mes certi­fi­ca­tions (rencon­trer des gens, tous­sa…). Ma clé publique est :

 2t6NP6Fvvuok2iRWA188C6pGokWAB5Kpf1S1iGtkN9tg

Et comme un projet n’est utile que si on s’en sert, je vous propose de me soute­nir en Ğ1 tout en béné­fi­ciant des mêmes récom­penses que celles présentes sur ma page Tipeee (j’ai arbi­trai­re­ment choisi une parité euro/Ğ1 car je n’ai pas vrai­ment trouvé de page expliquant comment évaluer le cours du Ğ1 en euros, et au final, est-ce vrai­ment néces­saire ? À nous de choi­sir quelle valeur a cette nouvelle monnaie 🙂. Et puis ça me simpli­fie la vie).

Voici donc les diffé­rentes contre­par­ties et leur prix (chaque contre­par­tie comprend celles de tarif infé­rieur) :

  • 1 Ğ1 : vous appa­raî­trez sur la page mensuelle des remer­cie­ments
  • 2 Ğ1 : vous rece­vrez une photo dédi­ca­cée de mon chat
  • 3 Ğ1 : vous rece­vrez 3 stickers repre­nant les logos de Lstu, Lutim et Lufi. De quoi déco­rer son ordi et se la péter en société 😁
  • 5 Ğ1 : un commit vous sera dédié chaque mois (si je déve­loppe suffi­sam­ment pour le nombre de personnes à ce niveau)
  • 15 Ğ1 : vous pouvez me deman­der de bosser en prio­rité sur un bug ou une demande de fonc­tion­na­lité d’un de mes logi­ciels (dans la mesure du faisable, hein).
  • 100 Ğ1 : quand j’au­rais un nouveau projet, vous pour­rez en choi­sir le nom et le logo

Pour en savoir plus sur Duni­ter et Ğ1, je vous propose d’al­ler voir cet article de cgeek : https://blog.cgeek.fr/de-linte­ret-dune-monnaie-libre.html ainsi que la théo­rie rela­tive de la monnaie pour les enfants.

PS : j’ai aussi une adresse bitcoin si vous souhai­tez me soute­nir par ce biais

Crédits : Photo par Aaron Burden sur Unsplash

Me soutenir sur Tipeee Me soutenir sur Liberapay

Signer ses commits Git et trans­fé­rer son gpg-agent sur un serveur distant

GPG, c’est bien. C’est encore ce qu’on a trouvé de mieux pour que tout un chacun puisse s’as­su­rer de l’au­then­ti­cité d’un message (non-modi­fi­ca­tion de celui-ci et que son auteur est bien celui annoncé) et chif­frer ses messages.

OK, c’est pas un exemple d’er­go­no­mie, OK, c’est pas ma mère qui va s’en servir sciem­ment tous les jours (sous le manteau, si, puisque les paquets de sa Debian sont signés avec GPG). Mais d’un autre côté, ma mère ne risque pas non plus (et je dirais même encore moins) de se payer un certi­fi­cat X509 pour signer ses mails. Ne parlons pas de mon père, à côté de lui, ma mère fait figure de hax0r.

Bon, d’ac­cord, c’est un bon gros truc de geek. OSEF, c’est cool quand même, c’était pour dire que c’était robuste et que tout le monde peut l’uti­li­ser sans bourse délier.

Que vous le sachiez (dans la colle) ou pas, on peut signer ses commits git avec GPG, histoire d’ajou­ter encore une couche de sécu­rité aux modi­fi­ca­tions qu’on apporte à un logi­ciel. Des forges comme Gitlab permettent d’ajou­ter une clé GPG à son profil permet­tant ainsi de véri­fier les signa­tures des commits d’un projet. Voyez sur ce commit le joli petit bouton « Veri­fied ».

Ceci n’est pas un cours sur GPG, on va donc consi­dé­rer que vous avez déjà une clé GPG.

Signer ses commits Git

Rien de plus simple. Il faut tout d’abord décla­rer à Git quelle clé doit être utili­sée pour signer ses commits (chan­gez l’em­preinte, ça c’est la mienne ) :

git config --global user.signingkey EA868E12D0257E3C

Main­te­nant, soit vous ajou­tez -S quand vous commit­tez :

git commit -S

Soit vous confi­gu­rez Git pour signer tous vos commits :

git config --global commit.gpgsign true

Voilà, c’est bon. Pour véri­fier un commit :

git verify-commit cce09ca

C’est bien beau, mais ça m’ar­rive de déve­lop­per direc­te­ment sur des serveurs, et surtout, je déve­loppe géné­ra­le­ment dans une machine virtuelle sur mon PC. Je ne vais certai­ne­ment pas aller copier ma clé privée sur les-dits serveurs ou dans la machine virtuelle ! C’est là qu’in­ter­vient le trans­fert du gpg-agent sur le serveur distant.

Ceci n’est toujours pas un cours sur GPG, on va donc consi­dé­rer que vous avez déjà un gpg-agent fonc­tion­nel sur votre ordi­na­teur.

Trans­fé­rer son gpg-agent sur un serveur distant

ATTENTION On ne trans­fère son agent gpg que sur une machine dans laquelle on a confiance, et dont on sait que les personnes y ayant accès ne s’amu­se­ront pas à utili­ser votre agent (rien de plus simple si on a un accès root à la machine). Cela vaut aussi pour l’agent ssh !

Premiè­re­ment, on va dire à l’agent de créer un socket supplé­men­taire en mettant dans ~/.gnupg/gpg-agent.conf (rempla­cez <user> par votre login) :

extra-socket /home/<user>/.gnupg/S.gpg-agent.extra

Ce socket a des restric­tions que n’a pas le socket habi­tuel (ne me deman­dez pas lesquelles) mais surtout, le logi­ciel qui vous deman­dera votre mot de passe (pinen­try de son petit nom géné­rique) vous présen­tera la demande de mot de passe diffé­rem­ment d’ha­bi­tude. Moi, il m’a dit en gros « Cette demande provient d’une machine distante », ce qui permet de repé­rer d’où vient la demande (déjà pas de votre machine pour déchif­frer un mail par exemple) et de réflé­chir à si c’est bien vous qui avez fait une action deman­dant la clé GPG.

On redé­marre l’agent pour prendre en compte la nouvelle confi­gu­ra­tion :

gpg-connect-agent /bye

Ensuite, il va falloir modi­fier sa confi­gu­ra­tion SSH. Comme un bon adminSys est fainéant, vous avez bien sûr utilisé concierge pour gérer votre fichier ~/.ssh/config. Il suffit d’ajou­ter dans le bloc de confi­gu­ra­tion du serveur souhaité la ligne (rempla­cez uid par votre uid (id pour le connaître) et <user> par votre login):

RemoteForward /run/user/<uid>/gnupg/S.gpg-agent /home/<user>/.gnupg/S.gpg-agent.extra

Enfin, il faut ajou­ter ceci dans le /etc/ssh/sshd_config du serveur distant (et redé­mar­rer son dæmon ssh après) :

StreamLocalBindUnlink yes

C’est fini ! Vous pouvez main­te­nant utili­ser votre clé GPG sur un serveur distant en vous y connec­tant en SSH, sans copier votre clé sur le serveur

Connec­tez-vous en SSH et testez avec

echo "test" | gpg2 --clearsign

Si, lorsque vous tentez de signer un commit sur votre serveur distant, cela échoue, assu­rez-vous que git utilise bien gpg2 :

git config --global gpg.program gpg2

Merci à Thomas Citha­rel pour avoir mis la signa­ture GPG des commits sur le tapis d’une discus­sion, ce qui m’a poussé à me pencher sur le trans­fert de l’agent GPG.

Crédit image d’en-tête de ce billet : logo de GnuPG, licence GPL, récu­péré sur Wiki­me­dia Commons

Me soutenir sur Tipeee Me soutenir sur Liberapay