Archives du mot-clé Noyau

Comment construire un kernel Linux mono­li­thique sans se fouler

Tous les vrais geeks vous le diront : il faut avoir (re)compilé un noyau au moins une fois dans sa vie.

Le problème, c’est que c’est compliqué. En fait non, le problème, c’est qu’il y a telle­ment de modules et d’op­tions auxquelles on ne comprend rien, même avec l’aide, qu’en fait la compi­la­tion maison ne sert à rien.

En effet, le but de (re)compi­ler son noyau, c’est d’al­lé­ger au maxi­mum son noyau en ne gardant que les drivers néces­saires à notre usage. C’est un noble but pour deux raisons :

  • Un noyau plus léger se charge plus rapi­de­ment et accé­lère donc le démar­rage
  • Un noyau correc­te­ment custo­misé contient norma­le­ment moins de risques de bugs ou de trous de sécu­rité.

Donc la (re)compi­la­tion, c’est bien. Mais c’est compliqué.

C’est alors qu’ap­pa­raissent deux commandes magiques :

make localmodconfig

qui va créer une confi­gu­ra­tion avec tous les drivers (et rien qu’eux) norma­le­ment néces­saires pour faire fonc­tion­ner l’or­di­na­teur sur lequel on effec­tue la (re)compi­la­tion en tant que modules.

make localyesconfig

Cette commande a le même but que la précé­dente sauf qu’elle intègre direc­te­ment les drivers dans le noyau.

Atten­tion, ces deux commandes n’as­surent pas d’avoir un noyau qui fonc­tion­nera sur votre ordi­na­teur mais qui devrait fonc­tion­ner, mais bon, je pense qu’il y a plus de chances d’ob­te­nir un noyau réduit mais fonc­tion­nel qu’en y allant à la main. Et de toute façon, rien ne vous empêche d’al­ler véri­fier après !

Source : https://lwn.net/Articles/347713/ et M.Lucas Nuss­baum

Me soutenir sur Tipeee Me soutenir sur Liberapay