J’ai retrouvé mon flow de déve­lop­peur

Le flow, c’est quand vous êtes à fond sur une tâche. Neil Jomunsi l’ex­plique fort bien dans son article Une méthode simple pour écrire vite et bien : le « flow » de l’écri­vain :

Concept popu­la­risé par le psycho­logue Mihály Csíks­zent­mihá­lyi, le flow est cet état d’in­tense concen­tra­tion qui permet à n’im­porte quel spor­tif, artiste, joueur, moine boud­dhiste, etc de rester foca­lisé sur l’ins­tant présent et d’ou­blier le monde qui l’en­toure pour ne se consa­crer qu’à une chose : l’ac­com­plis­se­ment de sa tâche. Quand on atteint l’état de flow, on s’ou­blie soi-même et on ne fait plus qu’un avec ce que l’on est en train de faire. Les barrières entre la personne et l’ac­tion s’ef­facent, les deux s’im­briquent pour ne plus faire qu’un.

Cela fait plusieurs mois, voire plus d’un an que j’ai perdu ma capa­cité à entrer dans un flow de déve­lop­peur. Si je pouvais toujours coder, c’était plutôt par petites touches, un bugfix par ci, une petite amélio­ra­tion par là… mais rien de consé­quent, alors qu’il m’ar­ri­vait fréquem­ment par le passé de coder comme un dément.

Or cela fait main­te­nant plusieurs semaines qu’elle est reve­nue 🙂
Elle est reve­nue lorsque j’ai décou­vert Alpi­neJS et que j’ai décidé de l’uti­li­ser pour réécrire WemaWema (la réécri­ture n’est pas encore termi­née). Cette semaine, il s’est mani­festé lorsque j’ai codé le support du stockage objet Swift dans Lufi pour les besoins de Frama­soft1 et hier quand j’ai ajouté de l’in­té­gra­tion conti­nue à Lufi-cli pour construire et publier des paquets binaires de Lufi-cli.

Concrè­te­ment, ça fait de très grosses jour­nées de travail, dans un état quasi second. Une transe. Et quand on sort du flow, on se sent épuisé, vidé, mais heureux (je pense qu’il doit y avoir une sacrée pous­sée d’endor­phine qui rentre en jeu)… et ça fait du bien au moral de façon géné­rale ! 🤗

Bref : I’m back in the game, baby!

Crédit : Photo par Enrique Ortega sur Unsplash


  1. D’ailleurs s’il y en a qui veulent tester cette fonc­tion­na­lité, je suis preneur de retours 

2 réflexions au sujet de “J’ai retrouvé mon flow de déve­lop­peur”

  1. @luc Ce "flow" du développeur, c'est assez rare je pense. Pour moi c'est surtout en début de projet, lors de la mise en place de l'architecture que tu as pensée, écrite… Tout est bien en place dans ton esprit, tu peux coder à 110%.Par contre c'est fortement mis à mal par les interruptions et après 1 mois à ce rythme, va falloir prendre des jours de repos.

    Répondre

Laisser un commentaire