Archives mensuelles : novembre 2014

Créa­tion d’un epub, 1er essai

J’aime ce qu’é­crit Neil Jomunsi, mais je n’aime pas lire des nouvelles ou des livres sur l’écran de mon ordi­na­teur, ça me fatigue les yeux. Par contre, sur ma liseuse, pas de problème.

Hors, Neil a publié voici quelque temps une nouvelle sur son site. Je n’ai jamais eu le courage de la lire sur son site, mais j’avais terri­ble­ment envie de la lire. Je l’ai donc conver­tie en epub !

J’ai tout d’abord pris le texte de la nouvelle et l’ai « converti » en mark­down (converti entre guille­mets, vu qu’il n’y avait que les titres qui deman­daient une adap­ta­tion).

Ensuite j’ai commencé à jouer avec pandoc pour conver­tir tout ça en epub. J’ai plus parti­cu­liè­re­ment regardé du côté de http://john­mac­far­lane.net/pandoc/epub.html et http://john­mac­far­lane.net/pandoc/README#epub-meta­data.

J’avais un epub. Chouette. Mais il était un poil trop brut de fonde­rie et pas très joli. J’ai fait une couver­ture avec le selfie du macaque qui a fait le tour de la planète il y a quelques mois. Un petit coup de Gimp, et roule !

Histoire de véri­fier l’epub, et pouvoir le modi­fier simple­ment, j’ai utilisé Sigil. J’ai viré la table des matières (les chapitres s’ap­pe­lant 1., 2., etc, la table des matières n’avait pas grand inté­rêt), rajouté un petit texte sur l’au­teur, modi­fié un peu la feuille de style pour faire un peu plus propre et utili­ser la police Libe­ra­tionSe­rif. Bref, un peu de polish. Pour les modi­fi­ca­tions de CSS, j’ai créé un fichier css pour pouvoir le réuti­li­ser si je regé­né­rais l’epub avec pandoc.

La commande pandoc finale :

pandoc kima.md -f markdown -t epub \
--epub-cover-image=kima.png \
--epub-stylesheet=epub.css --smart \
--epub-embed-font=/usr/share/fonts/truetype/liberation/LiberationSerif-Regular.ttf \
--epub-embed-font=/usr/share/fonts/truetype/liberation/LiberationSerif-Bold.ttf \
--epub-embed-font=/usr/share/fonts/truetype/liberation/LiberationSerif-Italic.ttf \
--epub-embed-font=/usr/share/fonts/truetype/liberation/LiberationSerif-BoldItalic.ttf \
-o kima.epub

Pour trou­ver des astuces et en savoir plus sur l’epub, j’ai consulté le livre Créer des ebooks avec Sigil de Benoit Huot que j’avais acheté il y a plusieurs mois. Car oui, l’epub, c’est de l’HTML et de la CSS, et ça, je maîtrise, mais il n’y a pas que ça.

Bref, le résul­tat est là : https://lstu.fr/kima. C’est un premier essai, donc c’est forcé­ment un peu maladroit (surtout la couver­ture), m’en­fin c’était pour le fun.

La nouvelle de Neil est en licence Crea­tive Commons NC-BY-SA (je ne me serais pas amusé à faire un epub si ça avait été du full copy­right), donc n’hé­si­tez pas à parta­ger le lien et l’epub :-)

Me soutenir sur Tipeee Me soutenir sur Liberapay

OP1000K

Des ebooks à gagner tous les jours (les ques­tions néces­sitent juste de lire la fiche du livre pour savoir y répondre), et des jours avec des soldes monstres : des ebooks à 0.99€ au lieu de 5, 10, 15€. Voilà qui est inté­res­sant !

Même s’il s’agit là d’une opéra­tion marke­ting, je trouve qu’elle est fort bien menée et inté­res­sante pour les deux parties : le lecteur et les éditeurs.

En effet, le lecteur est content, car il peut décou­vrir, pendant un an (oui, UN AN) une multi­tude de livres, sans débour­ser un centime. Et les livres à 0.99€, bah j’avoue que ça m’in­cite bien à prendre des bouquins que je n’au­rais pas acheté sinon. Je viens de prendre 3 ebooks aujourd’­hui, parce que les quat’ de couv me semblaient inté­res­sants, mais je n’au­rais carré­ment pas pris le risque si ils étaient à 5€ chacun ! Ça, c’est pour le lecteur.

Les éditeurs, quant à eux, amènent à eux des gens qui n’au­raient pas eu forcé­ment les moyens ou l’en­vie d’al­ler piocher dans leurs collec­tions. Et si le lecteur accroche, il revien­dra et payera sûre­ment. Et comme pour tous les livres (ebooks ou papier), un lecteur conquis fera la promo­tion du livre avec du bouche-à-oreille.

Ce que je trouve inté­res­sant, c’est que cette opéra­tion n’est pas limi­tée à un ebook gratuit à gagner par jour pour, disons, les 100 premiers arri­vants. Ou que vous n’avez pas le droit de jouer deux jours de suite. Les éditeurs parti­ci­pants ont bien compris l’avan­tage du livre numé­rique : ça ne leur coûte pas plus cher de donner 100 ebooks ou 100 000. Pareil pour les promo­tions à 0.99€ : soit l’édi­tion est déjà renta­bi­li­sée, auquel cas ça fait un béné­fice maigre, mais un béné­fice tout de même, soit ça la renta­bi­li­sera grâce une diffu­sion plus éten­due, de part le faible prix.

Bref, ça fait plai­sir de voir que certains éditeurs ont tout compris au numé­rique.

Allez hop, on y va et on se fait plai­sir en allant sur http://www.op1000k.com/.

Au fait, j’ai dit qu’on pouvait avoir les ebooks sans DRM ? Je n’en ai pas eu sur ceux à gagner, et j’ai juste mon adresse mail dans les epubs de ceux que j’ai acheté. Cela me paraît un bon compro­mis entre la lutte contre le pira­tage (bien qu’il suffisse d’édi­ter les fichiers HTML de l’epub pour enle­ver ce marquage) et le respect de l’uti­li­sa­teur, qui n’ap­pré­cie pas les DRMs contrai­gnants (cf https://n.survol.fr/n/le-jardin-ferme-il-netait-pas-ouvert pour voir les problèmes que ça pose).

EDIT : Arf. Le « un bouquin à gagner par jour », c’était tempo­raire, du vendredi 14 au dimanche 23 novembre, pas sur un an. :(
Whate­ver, c’était quand même une super opéra­tion !

Me soutenir sur Tipeee Me soutenir sur Liberapay