Les jours d’après

Voilà. Les auteurs de la fusillade à Char­lie Hebdo, ainsi que celui de l’as­sas­si­nat d’une poli­cière et de la prise d’otages mortelle à Vincennes sont morts. Tués lors l’in­ter­ven­tion de la police. J’au­rais préféré qu’ils vivent et soient jugés, mais je ne peux m’em­pê­cher de pous­ser un « ouf » de soula­ge­ment. La traque est finie.

Et main­te­nant, on fait quoi ?

Partout en France et dans le monde, des rassem­ble­ments ont fleuri et fleu­rissent encore pour rendre hommage aux victimes et dire que non, nous n’avons pas peur. Et c’est bien.

Sur Inter­net, on voit partout des gens s’ex­pri­mer, dire pourquoi il faut pouvoir conti­nuer à parler libre­ment. Et c’est beau.

Il faut conti­nuer à s’ex­pri­mer.

Mais

Mais on voit surve­nir, parfois très tôt depuis le début des évène­ments, des tenta­tives de récu­pé­ra­tion. Marine le Pen qui veut réta­blir la peine de mort. Valé­rie Pécresse qui veut un Patrioct Act à la française. Le PS, appe­lant à un rassem­ble­ment, qui convie tout le monde, tous les partis poli­tiques sauf ceux « qui, depuis des années, divise les Français, stig­ma­tise les conci­toyens en fonc­tion de leur origine ou de leur reli­gion » (Pardon ? Et Valls, quand il cause des Roms, c’est pas de la stig­ma­ti­sa­tion ça ? Faudrait peut-être balayer devant sa porte avant de causer hein.).

Pour le rassem­ble­ment à Paris, des diri­geants étran­gers vont venir. Parmi eux, certains oppriment la presse dans leur propre pays. Top classe mec.

Il y a aussi ces autres terro­ristes qui attaquent des mosquées ou des familles musul­manes, parce qu’ils ne sont pas foutus de faire la diffé­rence entre des terro­ristes et des musul­mans. Et pourquoi deman­der aux musul­mans de se déso­li­da­ri­ser des terro­ristes ? Hein ? On ne demande à personne de se déso­li­da­ri­ser de ceux qui balancent des grenades dans les mosquées, que je sache.

Et je ne parle pas des crevards qui font du busi­ness en vendant sur ebay des anciens numé­ros de Char­lie Hebdo ou des tshirts « Je suis Char­lie ».

Fuck la récup’

Le drame à Char­lie Hebdo ne me fait pas sentir plus français que les autres jours de ma vie. L’unité natio­nale ? La France ? Je m’en torche le cul. C’est un drame humain qui s’est passé là. Ça me touche parce que je suis humain et pour les raisons listées dans mon précé­dent billet. Pas pour une sombre histoire de natio­na­lité, de couleur de peau, d’ap­par­te­nance poli­tique ou de reli­gion.

Que ceux qui vont aux rassem­ble­ments n’y aillent qu’en tant qu’êtres humains, pas comme repré­sen­tants de quoi que ce soit.

Réponse

Pour votre sécurité, vous n'aurez plus de liberté

Il va falloir être atten­tif pour le futur. Non pas en créant tant et plus de lois sécu­ri­taires et liber­ti­cides, mais en trai­tant le mal à la racine : pauvreté, exclu­sion, racis­me… Ce sont les causes réelles de la radi­ca­li­sa­tion de certains paumés (ce terme n’est pas utilisé ici dans son sens péjo­ra­tif).

Jens Stol­ten­berg, premier ministre norvé­gien, décla­rait ceci après l’at­ten­tat à Oslo et sur l’île d’Utoya :

Nous allons répondre à la terreur par plus de démo­cra­tie, plus d’ou­ver­ture et de tolé­rance.

Ça serait pas mal que tout le monde s’en souvienne.

Me soutenir sur Tipeee Me soutenir sur Liberapay

3 réflexions au sujet de « Les jours d’après »

  1. Globalement d’accord à 99% avec ce post que je découvre avec un peu de retard. J’ai la même pensée. La misère attire la misère.
    Pour les crevards qui vendent sur ebay, ils n’existeraient pas si il n’y avait pas de connards pour acheter.

  2. Je ne sais pourquoi, au regard de ceci, ce 23 mars 2015, j’ai envie de peindre une Marine, bleu marine, figurant une frégate accostant une manière de Radeau de La Méduse dérivant à proximité d’une sorte d’île italienne ; son pavillon tricolore arborerait : Sécurité Disparité Hostilité.

    Bof ! ce n’est qu’une méchante métaphore !

    Bien, la déclaration de M. Stoltenberg !… Mais l’a met-il en œuvre ?

    Et merci de ce billet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *